Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Charte des principes de Goldman Sachs

Publié par Kevin Gresse sur 11 Décembre 2013

1) L’intérêt de nos clients est primordial. L’expérience montre que si nos clients sont satisfaits, notre propre succès s’ensuivra.

2) Nos atouts sont notre clientèle, notre capital et notre travail. Si l’un d’entre eux vient à être perdu, le dernier est plus difficile à regagner.

3) Nous sommes fiers de la qualité professionnelle de notre travail. Nous avons une farouche détermination à atteindre l’excellence dans tout ce que nous entreprenons. Bien que nous puissions être impliqués dans un vase et lourd volume d’activité, nous préférerions, si il fallait choisir, être meilleurs que gros.

4) Nous mettons l’accent sur la créativité et l’imagination dans tout ce que nous faisons. Même si nous reconnaissons que l’ancienne méthode peut parfois être la meilleure, nous essayons toujours de trouve une solution adaptée aux problèmes de nos clients et nous nous flattons d’avoir su initier de nombreuses pratiques et techniques qui sont aujourd’hui devenues des standards dans notre domaines.

5) Nous faisons des efforts particuliers afin d’identifier et recruter la meilleure personne pour chaque emploi. Bien que nos activités se mesurent en milliards de dollars, nous choisissons nos employés un par un. Dans une entreprise de services, nous savons que sans les meilleures personnes, nous ne pourrions pas être la meilleure compagnie.

6) Nous offrons à nos employés la possibilité d’être promus plus rapidement que n’importe où ailleurs. Nous devons simplement trouver dans quelle mesure nos employés peuvent assumer leur responsabilité. L’avancement dépend seulement de la capacité, de la performance et de la contribution au succès de la compagnie, sans considération de race, de couleur, croyance, sexe, ou origine.

7) Nous mettons l’accent sur le travail d’équipe dans tout ce que nous faisons. Même si la créativité industrielle est toujours encouragée, nous savons que les résultats obtenus par équipe sont souvent meilleurs que la somme de ses parties. Nous n’avons pas de place pour ceux qui font passer leurs intérêts propres devant les intérêts de la firme et des clients.

8) Nos profits sont une des clés du succès. Il maintiennent nos capitaux et attirent[…] nos meilleurs employés. Il est dans notre habitude de partager les profits généreusement avec tous ceux qui nous ont aidés à les créer. La profitabilité est importante pour notre avenir.

9) L’implication de nos employés dans la compagnie et l’intensité de leurs efforts professionnels sont plus importantes que celles habituellement rencontrées au sein d’autres organisations. Nous pensons que c’est l’une des composantes principales de notre succès.

10) Nous considérons que notre taille est une avantage que nous essayons de préserver envers et contre tout. Nous voulons être suffisamment importants pour être capables d’entreprendre les plus gros projets de n’importe lequel de nos clients, mais suffisamment, petits pour maintenir une loyauté, une intimité et un esprit de corps que nous chérissons et qui est l’une des composantes de notre succès.

11) Nous essayons constamment d’anticiper les besoins changeants de nos clients et de développer de nouveaux services répondant à ces besoins. Nous savons que le monde de la finance n’est pas paisible et que l’inaction mène à l’extinction.

12) Nous recevons régulièrement des informations confidentielles dans nos relations avec la clientèle. Briser une confidence ou utiliser des informations confidentielles de manière inappropriée ou insouciante est impensable.

14) Notre domaine est extrêmement compétitif, et nous cherchons à élargir les relations avec nos clients. Toutefois, nous sommes des compétiteurs loyaux et nous ne dénigrons jamais d’autres compagnies.

15) L’intégrité et l’honnêteté sont au cœur de notre entreprise. Nous espérons de nos employés qu’ils maintiennent une éthique irréprochable dans tout ce qu’ils font, que ce soit dans le monde professionnel ou dans leur vie personnelle.

(Marc Roche, la banque, comment Goldman Sachs : 2010, p273 à 275)

Commenter cet article