Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE CADEAU EMPOISONNÉ

Publié par Kevin Gresse sur 4 Janvier 2014

En 2007, Coup de grâce : Goldman Sachs décide de spéculer contre ses propres clients avec le produit ABACUS.

Mais Qu’est-ce que c’est ?

ABACUS c’est l’assemblage d’emprunts immobiliers parmi les plus risqués. Pour le ven- dre, G.S a réussi à le faire noter AAA, soit la meilleure note pour un produit financier qui est considéré grâce à cela comme un investissement sur. La Banque les vends ensuite à ses clients : ces derniers ignorent bien évidemment que G.S spécule sur ses titres ! En effet la banque spéculait sur ces titres à la baisse, alors que pour vendre ces titres à ses clients, elle incitait ses clients à jouer à la hausse. En l’espace de 6 mois de nombreux ménages américains deviennent insolvables. La valeur du produit s’effondre, et les clients de G.S perdent près de 750 000 000 d’euros soit 1 Milliards de dollars.

Dans tout ça, Goldman Sachs gagnent de l’argent sur les transactions en tant qu’intermé- diaire, mais aussi grâce à ses prises de positions en pariant sur la baisse du produit ABA- CUS. La Banque est donc même doublement gagnante, comme nous le montre l’extrait de ce mail écrit par Lloyd Blankfein, actuel PDG de Goldman Sachs à un de ses cadres en 2007 : « Bien sûr, nous n’avons pas évité le foutoir de l’immobilier. On a perdu de l’argent, et puis on s’est refait, et même au-delà, grâce à des “shorts” ». D’autres mails ont été aussi envoyés, montrant des employés qui se vantaient d’avoir fait énormément d’argent grâce aux produits ABACUS.

Ajouter aussi autre gagnant, John Paulson qui dirige un fond d’investissement, qui a demandé de créer, et commercialiser les produits ABACUS, en versant une commission de 15 millions de dollars à Goldman sachs. Et en spéculant sur la baisse des supbrimes et ça, depuis 2006 à gagner environs 1 Milliards de dollars. En 2007 John Paulson et son fond d’investissement à gagner 15 Milliards de dollars, soit le record historique de profit grâce à des transactions financières, et les spéculations sur l’effondrement du produit ABACUS.

Dans cette immense supercherie, une autre victime collatérale est à déplorer : la banque IKB. G.S lui avait vendu pour 115 millions de dollars de produits ABACUS. Résultat? IKB a fait faillite et a été nationalisé.

La réputation de G.S est faite... ce n’est plus une banque de confiance, comme tiens à le rappeler le sénateur Tedd Kaylman lors de l’audition de Goldman Sachs : « Vous pariez contre les mêmes produits que vous vendez et cela ne vous dérange pas et vous espérez que les gens vont vous faire confiance ? ». D’ailleurs à l’intérieur de la firme on ne parle plus de clients, mais de victimes potentiels.

Bien plus qu’une magouille, cette arnaque porte le nom de « casse du siècle ». Mais qui

a été à la tête de tout cela? Il y a forcément un chef, une tête pensante... En tout cas il nous faut un coupable.

*shorts « La situation dans laquelle un investisseur, a vendu des titres ou matières premières, sans vérita- blement les posséder, sur la base d’une prévision que le prix de ces titres ou matières premières va baisser. Une position « short » doit éventuellement être couverte par un achat de compensation des titres ou matières premières qui ont été vendues. »

Source: Marc Roche, La banque, comment Goldman Sachs dirige le monde, Albin Michel, 2010

Commenter cet article